Enfin des Vernisseurs qui n'en ont pas l'odeur...

 

Et très sympathiques au demeurant.

Sympathiques mais imprévisibles.

On ne comprend jamais ce qu'ils disent,

On ne sait jamais ce qu'ils font.

C'est toujours délicat, ces cas-là.

Sympathiques et motorisés. Sauf le Grand.

Le Grand, lui, il dit qu'il est le patron parce qu'il a la carriole.

Les autres l'ont cru, il est le plus grand, alors, il leur fait faire n'importe quoi.

Il faut dire que les autres n'ont pas l'air très malins.

Un surtout, le genre " pas méchant pour deux sous mais ...".

Et moches. Très moches.

Sympathiques, motorisés, pas malins et très moches.

Mais généreux, très généreux même.

Alors vous, arpenteurs de tous poils tout couvert de routine ils vous reconnaîtront.

Polis, vous salueront.

Le Grand se gonflera, ils chanteront comme des dingues.

Ils brasseront beaucoup d'air et péteront les boulons.

Une torche de rubans sortira des machines.

Pour vous ce sera le signal : vous pourrez faire les C...

Pendant 20 minutes le groupe installe le doute, puis le sourire par des actions incongrues, des chants, une gestuelle et un langage basés sur l'improvisation. Une fois l'ambiance installée (et le public aussi), commence le ruban projeté.

 

A partir de ce moment, l'intervention se joue sur deux tableaux : le burlesque de situation et la projection de matière. Le groupe travaille alors l'esthétique avec envolées, recouvrement de façades etc..., le ludique par aspersion du public, ou en commando rigolard dans la circulation automobile... La cinquième machine viendra plus tard se joindre aux autres pour clore l'intervention dans une pluie de confettis et de rubans.

Temps de représentation : entre 1h et 1h15

Demande de renseignements pour l'accueil de Joyeuse Pagaille Urbaine : 

© 2018 Lise Hatrel. Créé avec Wix.com

  • facebook-square